.

Pompon

 

Raison de son abandon : lors d’une de ses visites, le maréchal-ferrant constate la maigreur anormale de Pompon et se rend compte qu’il n’arrive plus à manger correctement. Les propriétaires appellent la dentiste équine. Trois dents sont extraites, les autres balancent et se déchaussent. La dentiste leur signale qu’il faudra le complémenter et l’alimenter, comme c’est le cas pour beaucoup de seniors, avec du Pré Alpin (foin haché et humidifié). Le jour suivant les soins dentaires, Pompon se couche, mais trop affaibli, ne parvient pas à se relever. Lors de ses tentatives infructueuses, il s’écorche au niveau des coudes. L’antérieur droit est plus fortement atteint. Anti-inflammatoire et anti-douleur sont administrés par le vétérinaire. Les propriétaires se présentent, le lendemain au refuge pour pouvoir être dépannés en Pré Alpin. Après avoir raconté toute l’histoire à Muriel, celle-ci insiste sur le fait qu’il faut absolument le réalimenter progressivement, par petites quantités mais très souvent. Il faut aussi l’aider à se relever le plus régulièrement possible. Les jours suivants, la situation s’aggrave : Pompon continue à s’affaiblir et n’arrive plus à tenir sur ses pieds, une fois mis debout et soutenu ! Son pronostic vital est sérieusement engagé et le vétérinaire envisage de l’euthanasier, le lendemain. Perplexe sur les raisons de ce déclin, Muriel se rend sur place. Et là, il apparaît que les propriétaires ne parviennent pas à gérer la lourde prise en charge. Pompon restait trop longtemps couché, son transit intestinal devenait très difficile. Dans sa situation, il était indispensable de l’alimenter souvent, à intervalles réguliers, de jour comme de nuit. Malgré son état alarmant, Pompon avait toujours l’œil vif et de l’appétit. Face à son envie de survivre, Muriel a proposé aux propriétaires de le transférer au refuge. Quatre personnes l’ont porté de son box dans le van ( où il a voyagé couché), puis du van à la quarantaine.

Son histoire au refuge : dès son arrivée, notre vétérinaire a effectué une prise de sang en urgence ! Celle-ci était le reflet d’un âne cachectique, complètement dénutri (taux de protéines effondré, fonte complète des muscles…). Il était aussi en hypothermie, souffrait de blessures aux coudes et était couvert de nombreuses escarres. Par contre, tous les organes vitaux fonctionnaient encore correctement, même si certains commençaient à souffrir de son état de détresse : rythme cardiaque trop élevé, souffle au cœur, transit intestinal difficile… Comme, il n’arrivait plus à se retourner seul, nous le faisions nous-mêmes pour faire remuer les intestins et tenter de limiter les escarres. Il a aussi de suite été mis sous baxter pour le réhydrater et une lampe à infrarouge a été placée au-dessus de lui, ainsi qu’une couverture, pour le réchauffer. Trois semaines de soins intensifs, de jour comme de nuit, ont été nécessaires pour qu’il puisse se relever seul : repas répartis sur 24h, utilisation du palan pour le relever et le maintenir debout, puis aide de 2 personnes pour lui permettre de se lever ; après 3 semaines, il y est arrivé seul ! Malheureusement, il a aussi développé un œdème et de l’infection à la jambe déjà fortement blessée avant son transfert, ce qui rendait ses timides déplacements très difficiles ! Antibiotiques, nombreux soins de désinfection, bandages ont permis à la jambe de dégonfler ; il a pu, ainsi, la mobiliser normalement. La cicatrisation de la plaie a, évidemment, mis un certain temps ! Pendant toute cette période, les propriétaires sont venus voir Pompon tous les jours. L’alimentation spécifique indispensable et l’état de la dentition de Pompon les ont convaincus de nous le confier définitivement. Pompon n’a gardé aucune séquelle et coule maintenant des jours heureux parmi les pensionnaires du refuge.

Son caractère : « stoïque, résilient, courageux, combattif, volontaire, facétieux, attachant, câlin, amoureux de la vie, reconnaissant… » Quelle leçon de vie ! Il ne subsistait en toi que quelques braises ! Les humains qui t’ont entouré, au refuge, ont soufflé dessus avec tout leur amour…et tu as fait le reste !
 

 

Date d’arrivée au refuge : 18 février 2020
Provenance : Aubin-Neufchâteau (Province de Liège)
Date de naissance : + ou - 1995
Sexe : hongre
Taille : 1,00m
Robe : grise avec bande cruciale