Jefke

   

 

Accueil d’urgence d’un âne le lundi 11 juillet 2016 suite à un appel téléphonique, la veille, du responsable des ânes d’un centre pour personnes trisomiques.  Un de ses ânes se trouvait au plus mal et il était très inquiet pour son avenir.  En effet, depuis trois semaines déjà, il ne se levait pratiquement plus et restait la majeure partie du temps couché sur le flanc entraînant des problèmes intestinaux et de nombreuses escarres.   Trois vétérinaires étaient déjà intervenus avec, comme diagnostic final, de grosses lésions tendineuses.  Il souffrait également d’arthrose aux postérieurs.  Il avait été placé sous anti-inflammatoire et anti douleur.  Malgré tout cela, son état se détériorait au fil des jours et les vétérinaires se dirigeaient vers une euthanasie.  Après une longue conversation téléphonique, décision a été prise de faire passer notre vétérinaire au centre, le lendemain, pour avoir son avis sur l’état de Jefke.
Arrivées sur place, Françoise et Francine, ont pu se rendre compte de la situation d’urgence.  Une seule solution, tenter le tout pour le tout et transférer Jefke le matin même au refuge.  Il était indispensable de pouvoir le rentrer au box, au sec et le mettre au repos complet pour espérer pouvoir le sauver.  Le vétérinaire du propriétaire, présent également ce matin-là, lui a administré un gros anti-douleur afin qu’il puisse se relever et être transporté en van.
Pendant ce temps, je m’affairais à préparer un box afin de l’accueillir au plus vite sur un bon lit de paille bien moelleux. 
Jefke est arrivé en fin de matinée et a été confortablement installé dans son box.  Il était effectivement au plus mal et faisait peine à voir.  Son propriétaire, très éprouvé, m’a fait un compte rendu du voyage.  Nous nous connaissions déjà puisque le refuge avait précédemment déjà accueilli un autre âne en provenance de ce centre, Dana, en mars 2009.
Après avoir échographié les deux antérieurs et confirmé la présence de grosses tendinites, Françoise et Francine ont demandé l’aide de la Faculté Vétérinaire du Sart-Tilman afin de le soulager au mieux.  En fait, il gémissait de douleurs dès qu’il se trouvait sur le flanc, ce qui était très pénible à entendre pour nous.  De puissants anti-douleurs et anesthésiques lui ont donc été administrés pour l’aider.  En même temps, j’alternais les poches de glace et l’application d’un mélange à base d’huiles essentielles au niveau local.  De vrais soins intensifs à domicile et, même si les trois premiers jours, je n’étais pas très optimiste, cela a porté ses fruits…  Fin de la semaine, il se levait déjà plus souvent et on le voyait commencer à « reprendre vie ».  Il n’y a pas d’autre mot, c’était vraiment une renaissance.  Son propriétaire venait aussi régulièrement lui rendre visite et suivre son évolution.  
Puis, petit à petit, il a pu bénéficier de courtes sorties au paddock, histoire de lui rendre le moral en voyant gambader les autres pensionnaires en prairie.  Il restait de plus en plus longtemps debout et les escarres commençaient à cicatriser.  Les lourds traitements médicamenteux ont alors été progressivement arrêtés et seuls les traitements locaux ont été maintenus.  Un bon nettoyage du foie par les plantes a été réalisé afin de bien drainer tous les résidus de médicaments.  Il bénéficie actuellement d’un traitement homéopathique et de compléments alimentaires à base de plantes pour renforcer les tendons et cartilages.
Au mois d’août, il a pu rejoindre certains de ses congénères en prairie mais il reste très fragile et marche très prudemment (un peu comme sur des œufs).  Le moindre faux mouvement et Jefke se remet à boiter pendant plusieurs jours pour ensuite revenir à « la normale ». 
Notre ostéopathe est intervenue et a travaillé plus d’une heure et demie sur lui.  Elle n’avait encore jamais vu des tendinites aussi importantes et pense qu’il faudra au moins six mois à Jefke pour récupérer.  Elle nous a en outre montré la technique de massage adéquate pour appliquer le mélange d’huiles essentielles au niveau des antérieurs afin de faciliter la réparation des lésions.  Il restera peut-être fragilisé par la suite… Seul l’avenir nous le dira.  Une chose est certaine, il devra rester au repos et ne pourra plus travailler.  Auparavant, il était occasionnellement attelé lors des journées pédagogiques au centre.  Son propriétaire a donc décidé de le céder définitivement au refuge afin de lui assurer  l’avenir qui lui convient.
Il s’est bien intégré au groupe et il semble aller de mieux en mieux.  Actuellement, il reste debout en prairie et arrive à passer la journée sans devoir se coucher pour se soulager.  Il se couche uniquement la nuit au box et au sec.

                                                                                  


     
 

Date d’arrivée au refuge :
Provenance :
Date de naissance :
Sexe : hongre
Taille :
Robe :
Signe particulier :