demenagement

29 octobre 2007

 

EVOLUTION DE NOS INSTALLATIONS :

L’Oasis, un refuge vivant et en constante mutation…
D’un abri de fortune à des box « 4 étoiles », d’un chemin boueux à une allée en béton, suivez, au fil des années, l’évolution des différents aménagements réalisés.
Quelques photos accompagnées d’un texte explicatif montrent l’engagement indéfectible des responsables et des bénévoles pour le bien-être des longues oreilles.

 

 

Au début :

une ancienne écurie qui sera transformée en box de quarantaine

une abri de fortune

une dalle de béton

un local

des pâtures

 

L'abri de fortune

     
avril 2008
mai 2008 La dalle de béton se transforma en box pour 10

 

 

Voici l'article de la revue 2ème trimestre 2008

La construction du nouveau bâtiment est enfin finie.  Quelques travaux de peinture doivent encore être terminés mais on commence à en voir la fin.  J’en profite déjà pour remercier tous les bénévoles qui, pour certains, ont consacré beaucoup de leur temps à ce travail.  Je pense notamment à Sandra, Alliet, Marie-Ange, Maria, Inès, Georges, Alain et Thierry. 

Les travaux de peinture n’ont pas empêché les ânes de pouvoir bénéficier du nouveau bâtiment et ce, depuis début mai.  Ils disposent donc chacun d’un box individuel pour la nuit.  Comme expliqué précédemment, ce système permet un suivi beaucoup plus pointu de chaque âne (alimentation, vérification de l’état des crottins,…).

Le bâtiment est composé de neuf boxes dont un double pouvant accueillir deux ânes ensemble.  Dans l’allée centrale, nous pouvons y effectuer les soins aux ânes (pieds, brossage,…) et les ânes peuvent également s’y abriter durant la journée par temps de pluie puisqu’il y a un accès direct en prairie.

L’ancien abri (situé juste à côté) qui dispose d’un paddock herbeux a maintenant pour fonction de pouvoir isoler un âne tout en lui permettant de voir les autres.  Il est également très utile pour introduire un nouveau venu après son séjour dans l’étable de soins.

L’étable de soins (ou quarantaine) est complètement séparée du reste et permet d’accueillir jusqu’à  quatre ânes.

Mis à part quelques petits détails (qui seront résolus petit à petit), nous pouvons dire maintenant que les ânes du refuge bénéficient d’une structure d’accueil adaptée et pratique.

                                                                                                                                  Muriel

 

 

 

 

 

 

Isolation plafond, éclairage

les bâches de fermeture ont été remplacées par des panneaux et une porte coulissante pour l'hiver

 


     
  le chemin en Klinkers qui passe dans le jardin
     

La haie arrachée

 

 

les briques le long du mur côté jardin

   

Les améliorations dans l'étable de quarantaine

 

 
     
 
     
     
 

Cet abri, situé à côté du nouveau bâtiment a été d’une grande utilité car, malgré son apparence pas très nette (il avait été construit avec les moyens du bord), il a permis d’abriter certains de nos pensionnaires pendant plusieurs années.

L’abri de fortune a permis de loger plusieurs ânes pendant quelques années, mais il portait bien son nom, il était vraiment de « fortune ». Il a été remplacé par un grand box « 4 étoiles » pouvant accueillir jusqu’à 6 ânes.

box pour quelques ânes
     

 

Comme à L’Oasis, rien ne se perd, cet abri a été reconverti en box pour notre mule, Brigitte.

     
  Des «chemins provisoires» ont été placés avec des dalles de béton récupérées.
     
 

"Chez Polo" mai 2010

 

Polo tient tout d’abord à remercier très chaleureusement les membres qui par leurs dons ont permis au refuge de lui aménager son petit chez lui (ou plutôt leur petit chez eux puisqu’il partage son nouvel environnement avec Picotin et Arthur, puis avec Rocco).

Un grand box de 3 m sur 6 m avec sortie directe sur une petite prairie a été aménagé pour eux.  La clôture exempte de courant et de fils barbelés a été faite avec du treillis de jardin pour éviter qu’il se blesse quand il se heurte contre.
     
 

Une équipe de bénévoles a effectué la réalisation d’un chemin en béton permettant un accès plus aisé à la prairie de Chourique, Salvia etc…le samedi 9 juin 2012. Ce sera nettement plus facile de manipuler les brouettes, et les longues oreilles risqueront nettement moins de chutes quand il y a de la boue.

 

   
 

IL s’est fait longtemps attendre. Lorsqu’il pleuvait et que les prairies étaient détrempées, IL faisait cruellement défaut. Mais, IL est là !!Enfin !!
L’escalier, qui permet l’accès du chemin le long de la prairie vers les box, a été réalisé de main de maître en deux jours, les 18 et 19 octobre 2012.

 

     

 

 

Dans la foulée, le 29 /10/ 2012, une équipe de bénévoles ont coulé la dalle de béton prolongeant l’escalier jusqu’au préau.
Ces deux réalisations essentielles pour le confort des visiteurs de plus en plus nombreux aux journées portes ouvertes ont été inaugurées lors de la permanence de la mi-novembre. Merci aux généreux donateurs et aux bénévoles qui ont permis l’exécution de ces travaux.

 

 

     

2013

 

 

 

voici venue la réalisation de « l’autoroute vers les 6 et Polo » ! Le we des 22 et 23 juin 2013, une équipe de bénévoles a entrepris les travaux de terrassement et déjà coulé une partie de la dalle en béton pour faciliter l’accès au box des 6 et surtout à celui de Polo. La conduite des brouettes dans la boue, le déplacement des ânes ou le pilotage du public (de plus en plus nombreux) relève du challenge quand la pluie est au rendez-vous. Mais tout cela ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir !

 

 

 

 
l  
 

Sous le regard bienveillant et néanmoins attentif de Polo promu chef de chantier pour la circonstance, l’équipe de bénévoles a poursuivi, le 29, les travaux entrepris le we précédent. Le creusement du chemin, l’apport des matériaux par le petit engin à chenilles, le transport du béton dans les brouettes, rien n’a échappé à la curiosité des longues oreilles. Le tamtam a fonctionné dans le troupeau et il s’est dit que le déplacement des ânes et des visiteurs ainsi que le travail des bénévoles seraient nettement plus agréable quand les deux paddocks sont en mode « gadoue » !

     
 

     
  Les pensionnaires ne peuvent plus se passer des nouvelles allées en béton. Ils ne les quittent plus afin de pouvoir, une fois sortis du box, laisser leurs pieds au sec.  Ils créent donc souvent des bouchons.  Ainsi, les bénévoles, incapables d’avancer avec les brouettes sur les allées, finissent par perdre patience et par marcher à côté des allées et donc… dans la boue, bien sûr !  Le tout sous le regard amusé de nos amis aux longues oreilles.  Il faut bien avouer que, vu de l’extérieur, cela a un côté plutôt comique.
     
 
     
 
   

 

 

Le début de 2014 a été placé sous le signe de quelques aménagements et d’une nouvelle organisation des box.
L’abri de jour tant attendu par la bande des hongres et annoncé par Meuty dans la revue précédente est enfin devenu une réalité ! Le troupeau des garçons a pu l’apprécier à sa juste valeur lors de cet hiver particulièrement pluvieux et boueux. Fini la boîte à sardines de prairie dénoncée par Désiré ! Vive la superbe dalle en béton recouverte d’un toit bien solide.
Dans la foulée et suite aux nombreuses arrivées (abandons, saisie…), un nouvel agencement des box a dû être envisagé. Les sept, Meuty, Théofiel, Désiré, Pom, Martin , Ulhan, Charly (adopté depuis lors) ainsi qu’Aldo et Flocon, devenu un grand garçon, ont élu domicile dans l’immense étable jouxtant l’abri de jour.
Des fils, deux ou trois barrières, un mini « vestiaire » avec licols, longes, matériel de pansage, pelles, brosses, quelques ballots de paille de lin recouverte de paille fraîche et hop ! Voici ouvert pour les « mecs » (comme dit affectueusement Marie !) un box aux dimensions d’une vaste piste de danse ! D’ailleurs, entre quelques bénévoles, il est maintenant coutume d’appeler cet espace  « le dancing » !
Si l’acclimatation a demandé un peu de temps aux longues oreilles (l’âne déteste les changements !), il en a été de même pour les humains ! Au début, certains d’entre eux s’emmêlaient un peu « les brouettes » ! Mais, à l’heure actuelle, les uns et les autres ont trouvé leur vitesse de croisière : calme et efficacité sont au rendez-vous de part et d’autre.

   
     

 

Bonjour à tous, fidèles lecteurs de la revue ! Me voici en un coup de sabot passé du statut asin à celui d’écrivain ! Trop « fun » de jouer l’âne reporter ! Surtout pour vous présenter notre nouveau « dancing » qui ressemble maintenant à s’y méprendre à Paris plage ou Bruxelles les bains au mois d’août !
Je vous propose ici un aperçu des travaux effectués :
Le grillage qui séparait l’aire de nuit de celle de jour devenait un peu « caduque » et je vous avoue, que mon comportement n’a rien arrangé ! Quand, pendant la journée,  je humais la paille fraiche répandue sur l’aire de nuit à laquelle je n’aurais accès que bien plus tard, je pesais de tout mon corps pour atteindre ce mets tant convoité ! Et je pense qu’il ne fallait plus attendre longtemps pour que j’obtienne un résultat ! Cette barrière a donc été enlevée et remplacée par de solides montants en acier garnis de plaques tout aussi solides !  Une petite barrière permet maintenant l’accès à l’espace réservé aux soins et pansage. Trois bénévoles experts et … soudeurs ont travaillé toute la journée pour obtenir un résultat final de grande qualité ! Tout ceci devra être recouvert d’anti rouille dès l’été venu.
La dénivellation entre l’aire de jour et cette barrière a été comblée par du sable de Lommel ! Nos sabots apprécient de ne plus patauger dans la gadoue !
Ce qui était rigolo, c’est que tous ces travaux se sont réalisés en musique ! Notre dancing n’a jamais aussi bien porté son nom !

Choco

     

D’autres aménagements moins spectaculaires mais tout aussi importants ont également été effectués. Il s’agit en effet de faciliter le transport de l’eau qui devient de plus en plus pénible ! Remplir les cruches et les transporter vers les différents abreuvoirs n’est vraiment pas une sinécure ! Jean a tiré un tuyau de la conduite d’eau du local (en passant par la quarantaine) vers le box où sont placés foin et paille du jour. Là , va être installé un enrouleur/dérouleur à moteur qui permettra d’accéder à tous les points d’eau qui nous sont réservés. Le matériel est là et comme disent nos amis humains : « y a plus qu’à » !!!

Choco

 
     

2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réalisation tant attendue des clôtures extérieures a pu voir le jour. Jean, Alain, Benjamin, aidés ponctuellement par Emile et Jean-Pierre, n’ont pas ménagé leur peine pour effectuer les différentes étapes nécessaires :

  • Enlèvement de l’ancienne clôture
  • Forage des trous
  • Pose des piquets et du stabili
  • Installation des fils avec un dérouleur

A le lire sur papier, tout paraît très facile ! Mais la rencontre de cailloux lors du forage ou le poids des piquets ont fait couler pas mal de sueur ! Même si les machines  ont bien rempli leur mission d’être au service de l’Homme !!
« Le tissu » des prairies s’est enfin paré d’un nouvel « ourlet » et le résultat est un plaisir pour les yeux.